Argent Assurance Banque Crédit

Crédit revolving

Crédit renouvelable ou crédit amortissable : quelle différence ?

Qu’est un « crédit renouvelable » appelé également « crédit revolving » ?

Le crédit « revolving » (rotatif en anglais), est un crédit permanent constitué par une réserve d’argent avec un plafond maximal, disponible en permanence dans une banque ou un établissement spécialisé.
Une carte, dite « privative », remise par un commerçant, les grandes enseignes de la distribution ou par un établissement de crédit, est bien souvent associée à cette réserve d’argent afin que le bénéficiaire puisse la dépenser plus facilement.
Le crédit « revolving » c’est donc de l’argent facile mais avec des taux d’intérêts très élévés ( de l’ordre de 19 à 20%, proches du taux de l’usure) de sorte que la plus grande partie des remboursements effectués par l’emprunteur sert à payer les intérêts vertigineux.

Quelle est la principale différence entre un crédit renouvelable et un crédit amortissable ?

A chaque mensualité remboursée la réserve d’argent du crédit renouvelable se reconstitue. Du coup, un crédit revolving ne connaît jamais le mot « fin », alors qu’avec un crédit amortissable, la date d’achèvement des remboursements est connue à l’avance. Par ailleurs, les taux d’intérêts des crédits amortissables, bien que souvent élevés, restent toutefois inférieurs à ceux des crédits renouvelables.

La loi du 1er juillet 2010 a réformé en profondeur la législation sur le crédit à la consommation. Qu’apporte la nouvelle réglementation dans ce domaine ?

Tout crédit renouvelable doit être clairement désigné par cette appellation, à l’exclusion de toute autre.
D’autre part, plus question que le crédit renouvelable soit l’unique solution proposée sur les lieux de vente: les vendeurs ont désormais l’obligation de proposer aux consommateurs le choix entre un crédit amortissable et un crédit renouvelable si l’emprunt envisagé est d’un montant supérieur à 1 000 € (idem pour la vente à distance).
Chaque échéance d’un crédit renouvelable doit systématiquement comprendre une part minimale d’amortissement du capital emprunté.
Enfin, le relevé mensuel adressé à l’emprunteur doit mentionner la durée estimée du remboursement de son crédit (maximum 5 ans ramené à 3 ans pour les emprunts jusqu’à 3 000 €).

Jean-Noël PITOT, Consultant

Articles relatifs

Mutuelles santé : l’UFC-Que Choisir lance son comparateur indépendant d’assurances santé

UFC-Que Choisir Sarthe

Prêts Immobiliers du Crédit Foncier

Aurélie Dupont

Prélèvements : 5 mois après notre première alerte, SEPA terrible !

UFC-Que Choisir Sarthe

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies, notamment à des fins de statistiques, dans le respect de votre vie privée. Ok En savoir +